les fantaisies d'Enn'

samedi 9 juin 2012

"Une petite lumière" x/366

J'ai remplacé le store de la cuisine par un rideau qui aère un peu la fenêtre tout en continuant à me dissimuler aux regards.
Au moment où je sors pour aller dîner chez des amis, un éclair accroche mon regard. Le petit moule en fer blanc en forme de coeur, posé verticalement sur le plan de travail près de la plaque de cuisson, me renvoie, inattendue,  la lumière du soleil couchant.

Posté par Ennairam à 23:55 - Commentaires [3] - Permalien [#]


mardi 5 juin 2012

X4/366 "Un parfum"

En me levant j'ai fait le tour de mon jardin de poche, à l'aube. Pittosporum, seringa et chèvrefeuilles en fleurs taquinaient mes narines. J'ai froissé un bord de feuille de verveine citronelle. Délicatemnt entre le pouce et l'index j'ai coupé les gourmands aux aissielles des branches de pieds de tomates. Aussitôt assaillie par ce parfum particulier.

Posté par Ennairam à 22:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]

"Une action soignée" x/366

 Outre l'entrainement physique prévu pour une randonnée dans le Tyrol cet été (pour le moment quelques trajets à vélo en sus des balades de Toulouse à la mer le long du canal) j'ai songé à la préparation linguistique. N'ayant pas pratiqué depuis des lustres, croyant être au plus bas niveau, j'ai acheté les yeux fermés une méthode Harraps pour débutants, testée avec soin aujourd'hui dans ma voiture, en route pour Montauban. Je défie qui que ce soit de trouver un intérêt quelconque  aux aventures de monsieur Schuler cherchant une chambre d'hôtel à Munich ou de Jeanne Leroy de Poitiers en visite à Bonn. C'est plat, ennuyeux et peu pédagogique. Je crois que je vais aller réapprendre l'Allemand chez Werner Herzog, Günter Grass ou Paul Celan. Pour commander une bière dans un refuge c'est superfétatoire mais elle n'en sera que meilleure.

(quoi ? j'ai dépassé 100 caractères ?)

Du Tausendgüldenkraut-Sternchen
du Erle, du Buche, du Farn :
mit euch Nahen geh ich ins Ferne,-
Wir gehen,dir, Heimat ins Garn.

(Petite étoile de centaurée,
aulne, hêtre et toi fougère :
avec vous, proches, je vais au loin, -
lieu natal, tu nous prends au piège)

Paul Celan

 

Posté par Ennairam à 00:27 - Commentaires [2] - Permalien [#]

mardi 3 avril 2012

x/366 "Aujourd'hui ce que l'on porte"

Du noir et du bleu aujourd'hui. Des chaussures de marche beige pour rentrer à vélo à la maison ce soir. Le sac à dos comme carapace d'une tortue ne me quitte presque jamais. J'ai porté le sourire et une bonne humeur inattendue, dont je ne sias d'où elle me vient, d'une classe à l'autre.

 

Posté par Ennairam à 22:01 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

vendredi 30 mars 2012

37/366 "aujourd'hui je pourrais écrire sur ma tête"

Il me restait trois quarts d'heure, j'ai tenté en vain de convaincre un coiffeur pour hommes désœuvré pour une coupe express. Je suis tombée sur la vitrine kitch de Tony. Minuscule salon clinquant, courette aménagée façon mosquée de Paris. Tony a fait des tortillons avec mes boucles pour les alléger de petits coups de ciseaux en forme de peigne. Il a séché brossé ma tignasse : je  ressemblais à une vieille américaine, j'ai fait la moue. Alors il a repris ses instruments, un carré plongeant bien propre au ras des joues, le cheveu très sage, j'adore, j'ai changé de tête.

Posté par Ennairam à 22:56 - Commentaires [1] - Permalien [#]


jeudi 29 mars 2012

36/366 "Ca change tout le temps"

Les passagers dans le train changent tout le temps, les gens autour de la gare aussi, enfin croit-on, car à y regarder de plus près, plus attentivement, on les revoit  bien souvent. Leur place aussi finit par être à peu près la même.

Posté par Ennairam à 22:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 26 mars 2012

33/366 "J'éviterai de dire que"

Alors, j'évite !

Posté par Ennairam à 21:34 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

dimanche 25 mars 2012

32/366 "Un air dans la tête"

Un drôle d'air de tête de loup...

Posté par Ennairam à 21:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 24 mars 2012

31/366 "Aujourd'hui : super-héros"

Je rentrais chez moi avec un sac à dos contenant le repas asiatique commandé dans un restaurant qui se trouve à un quart d'heure à pied. A la tombée du jour, Jupiter, Vénus, la Lune étaient presque alignées sur fond bleu sombre. Leur disposition a changé au fur et à mesure que le ciel noircissait et se couvrait d'étoiles. Au premier étage d'un immeuble, un inconnu sur son balcon réglait dans l'onscurité un appareil photo  sur pied, dirigé vers Jupiter.

 

Posté par Ennairam à 16:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 23 mars 2012

30/366 "Aujourd'hui : toucher"

Parfois on se demande comment on va parvenir à faire vivre une classe : on ne s'en sent pas l'énergie, il faut aller puiser dans d'autres réserves. Je m'efface, je laisse les élèves jouer les rôles, je guide avec la voix et le geste, à peine, et parfois ça fonctionne. Ils s'étonnent, l'heure est déjà finie, ils y ont pris un peu de plaisir, compris certaines choses. Touché. Mais ne vous méprenez pas , je suis, hélas, une enseigneuse  médiocre.

 

Posté par Ennairam à 16:34 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

jeudi 22 mars 2012

29/366 "Aujourd'hui : le bien et le mal"

Je me répète une phrase de Clotaire Rapaille: "ce qui nous différencie d’un assassin, c'est qu'il a déjà commis un meurtre".
Lire "Un jour, le crime " de Pontalis : acheté il ya plusieurs mois, il attend dans ma bibliothèque.
Oublier la vacuité des désinformations, les mots prononcés qui n'auraient pas dû l'être, quelle que soit l'horreur des actes commis.
En entendant les rafales de tirs alors que je pédalais le long du canal, j'ai eu l'impression que toute la ville semblait épuisée.

 

 

Posté par Ennairam à 20:19 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

mercredi 21 mars 2012

28/366 "Qu'en restera-t-il dans un an?"

Qui peut le dire ?
Ce qui  se tricote à l'intérieur sans que nous en ayons conscience, de quelle façon cela demeure-t-il  en nous ?
Ma pensée aujourd'hui (loi de proximité ?), dans  ce remue-ménage et ces séries d'informations démenties, confirmées, non confirmées, dans ce grand spectacle, au milieu des efforts parfois désespérés de certains journalistes pour donner des informations qu'ils n'ont pas ou répéter à l'infini celles qu'ils croient posséder, était pour sa mère.
(Tiens, j'ai habité pendant deux ans au numéro 15).

Posté par Ennairam à 22:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 20 mars 2012

27/366 "aujourd'hui, au pied du lit"

J'aime ma chambre blanche et ordonnée. Je pense à la chambre de Pierre Loti dans sa maison extravagante de Rochefort : une cellule stricte.
Au bout de mon lit : la fenêtre, si près que je peux l'ouvrir en restant sous la couette. Au pied du lit sur une petite table est placé un téléphone à fil et à pile, j'ai encore deux lignes, la 05 et la 09, avec mon 06 cela fait presque une plateforme téléphonique. Ce soir au pied du lit j'ai dû passer une heure à bavarder avec mon amie d'enfance.

 

Posté par Ennairam à 20:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 19 mars 2012

26/366 "en toc"

Cette femme assise dans le métro me rappelait un peu la Castafiore avec son manteau et ses gants rouges, sa façon de minauder avec une certaine grâce. Je me demande toujours pourquoi les hommes ont imposé aux femmes cette crainte de vieillir. Des cheveux blonds et lisses caressaient ses rides et sa peau un peu bizarrement tirée par endroits. Des cheveux en toc.

 

Posté par Ennairam à 20:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 18 mars 2012

26/366 "Un moment où j'ai regardé l'heure"

J'ai regardé l'heure à la petite horloge numérique verte sur la porte du four noir, derrière le bar, entre deux placards de merisier. Il était sept heures trente-six ce matin.

 

Posté par Ennairam à 21:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 17 mars 2012

25/366 "Fallait pas que"

Fallait pas que je flanche. Plus de vingt ans sans avoir mis mes pieds sur des spatules, partie à ski de fond avec un sportif infatigable. Neige un peu fondante l'après-midi, beaux points de vue sur l'Aneto, le Pic du Midi et autres monts pyrénéens.  J'ai mobilisé des muscles oubliés, retrouvé le plaisir de faire des vols planés dans la neige (à raquettes on est plus stable !), cuit ma vieille peau au soleil, apprécié le thermos d'eau chaude et les barettes de Nescafé. Il n'y avait qu'une quinzaine de kilomètres de pistes encore pratiquables, j'ai tenu le coup.

Posté par Ennairam à 19:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 16 mars 2012

24/366 "une belle image"

Les ordinateurs dans les lycées ont parfois la même fonction de babysitting que la télévision chez certains. Placez les chers petits devant un écran et toute la classe s'assagit.

J'ai proposé à mes élèves de CAP de se mettre par deux et de dessiner une maison pour quatre personnes avec un logiciel en ligne. Touchée par leur application, le caractère hétéroclite de leurs ébauches, leurs interrogations, les associations  inhabituelles entre garçons et filles.

 

366 réels en prise rapide

Posté par Ennairam à 16:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Aujourd'hui "une petite satisfaction personnelle"

Blanc. Blanc. Blanc.

Posté par Ennairam à 16:43 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

mercredi 14 mars 2012

22/366 aujourd'hui "moment de solitude"

Je me suis aperçue que je n'étais pas guérie, enfin pas tout à fait. Ce soir j'ai retiré de l'argent au distributeur, jusque là tout allait bien, mais lorsqu'à l'écran est apparu en gros "Votre nouveau chéquier est arrivé." c'était plus fort que moi, j'ai dit "Merci".

366 réels en prise rapide

Posté par Ennairam à 22:32 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

mardi 13 mars 2012

21/366 "Aujourd'hui : il a dit..."

"Deux euros !" a-t-il dit dans un grand sourire après nous avoir servi les deux cafés dans des tasses rouge et noir assorties à la robe d'A. Le bar des Tilleuls, ensoleillé, ses tabourets hauts et ronds. Je reviendrai.

Posté par Ennairam à 21:28 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

lundi 12 mars 2012

20/366

Pourtant il y avait le beau soleil d'avant-printemps, le café bu en terrasse avec des collègues, le moment passé à lézarder dans mon jardin et les promesses de projets agréables et intéressants. Pourtant, non, il y a des moments où ce n'est pas facile.  

366 réels en prise rapide

Posté par Ennairam à 20:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 11 mars 2012

19/366 "Aujourdhui blanc"

 

Trois murs de ma chambre sont peints en blanc et j'ai mis des rideaux de lin blanc à la fenêtre

Posté par Ennairam à 22:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]