dimanche 9 décembre 2007

les quatrains d'Ommar Khayyam

Ne te dépense pas en tristesse insensée, mais sois en fête.-Donne, dans le chemin de l'injustice, l'exemple de la justice, -Puisque la fin de ce monde est le néant, - Suppose que tu n'existes pas, et sois libre. Omar Khayyam traduit du persan par Charles Grolleau    Ed. Gérard Lebovici
Posté par Ennairam à 10:51 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

jeudi 7 juin 2007

ligne rouge

l'espace qui sépare les doigts d'une seule main ouvre à toutes les utopies Ecoutez le silence se répéter à chaque secondeEt maintenant regardezLa main qui tient toutes les images et tous les mots dans le videElle ouvre tout-même quand elle ferme un livre :La main qui tient l'arc                                              et qui tire. Alain Jouffroy - c'est aujourd'hui... [Lire la suite]
Posté par Ennairam à 19:27 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
samedi 4 juin 2005

En amour...

En amour l’âge ne compte pas Ô jeune homme de soixante ans, Tombe amoureux si tu veux. En amour l’âge ne compte pas. Une règle de l’amour dit-elle Qu’il faut avoir entre vingt et vingt-cinq ans ? Que l’âge a à faire avec l’amour ? A seize ans comme à soixante, Le fleuve souterrain de l’amour suit son cours. A soixante ans le coeur peut encore saigner, Et les doigts saisis d’amour trembler Dans une étreinte. A... [Lire la suite]
Posté par Ennairam à 18:44 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
dimanche 29 mai 2005

Taslima Nasreen, poèmes

Pleine lune Je suis seule. La lune là-haut est seule aussi.Moi qui suis la plus malheureuse sur la terre, Je contemple le bonheur dans le scintillement du clair de lune. Me voyant, la lune est si embarrassée Qu’elle se voile aussitôt la face De honte derrière un nuage. La lune ne savait sans doute pas Qu’un être humain pouvait être aussi seul. La lune a une cour aussi vaste que le ciel Et des bandes de filles-nuages  avec lesquelles jouer. Mais moi, qui... [Lire la suite]
Posté par Ennairam à 23:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]